Facebook

Exposition crèches, église St-Remacle, Liège.

adoration-des-bergers-style-catalan-castells-barcelone St-RemacleExposition crèches et nativités d’Espagne, église St-Remacle, Liège.
Si l’art de la crèche est né en Italie, l’Espagne a su le développer de manière admirable et avec des techniques qui sont parmi les plus accomplies. Peu d’attitudes codifiées chez les personnages, mais avant tout beaucoup de naturel et l’image de la vie.
Née à la fin du Moyen-Âge, la représentation de la Nativité atteint son apogée à la période baroque. Dès la fin du XVIIIe siècle, elle quitte les palais et les sanctuaires et se répand dans les classes populaires avec des œuvres naïves proches des santons de Provence. La foire de Noël de Barcelone est attestée dès 1786. Même phénomène précurseur avec la création d’une union des créchistes en 1863, une des plus anciennes associations au monde, devancée de trois ans par l’Autriche.


Au XIXe siècle, plusieurs styles de figurines cohabitent : style régional avec scènes de genre et costumes locaux, style classique inspiré par la peinture des siècles précédents et courant historiciste qui prétend reproduire une réalité historique et orientaliste telle que l’imaginait l’archéologie à cette époque. Chacun de ces courants a laissé des artistes de renom qui parfois s’opposeront.
En 1912, Antoni Moliné Sibil montant la crèche d’un couvent avec de l’écorce de liège manqua de place. Profitant de travaux dans le bâtiment, il inventa, un peu par hasard, la technique du diorama (qui ) consiste à recréer en plâtre tout un paysage en perspective très réaliste dans un espace restreint. Si cette technique artistique est prisée par les associations, la crèche traditionnelle réalisée à partir de matériaux naturels, écorces de liège, végétaux divers et sable conserve la préférence des familles. Les scènes ne se limitent pas, comme chez nous, à l’adoration des bergers et des mages. Si dans le diorama, on constate une individualisation de l’épisode biblique, on retrouve dans les personnages tout le cycle biblique lié à la naissance et l’enfance de Jésus depuis l’annonciation, le réveil des bergers, la recherche de l’auberge, bien sûr la nativité, la cavalcade des rois-mages en grand cortège et la fuite en Egypte pour ne citer que les plus importants. L’imagination des constructeurs de dioramas a aussi permis d’agrandir le répertoire avec la représentation des coutumes de Noëls, comme le jeu du « caga tiὸ », le montage ou la bénédiction de la crèche ou encore le retour de la famille dispersée à la maison paternelle.
La Catalogne, même si elle occupe une place de choix historiquement et qualitativement, n’est pas l’unique région réputée pour ses figurines de crèche. Il faut citer aussi Murcie et le Levant où la crèche, plus que toute autre tradition, est le symbole de Noël. Les personnages sont souvent drapés de tissu encollé et peint, technique empruntée à la statuaire baroque sicilienne. L’Andalousie a quelques créateurs de valeur. Les Baléares ont su créer aussi un style très particulier à partir des céramiques traditionnelles.
A l’occasion des 300 ans de la reconstruction de l’église, la paroisse St-Remacle-au-Pont à Liège, en Amercoeur, déjà connue pour sa crèche provençale, vous propose de découvrir plusieurs centaines de figurines et des dioramas qui témoignent de cet art particulier. Par sa variété et sa qualité, cette exposition s’adresse à un public de tous âges. Chacun y trouvera une lecture différente. Approche artistique ou technique pour les uns, catéchèse en trois dimensions pour d’autres, nostalgie de vacances ou évocation plus spirituelle.
D’ici un avenir très proche, la crèche provençale de l’église qui occupe plusieurs dizaine de m² et les décorations de Noël vont venir compléter cet ensemble féérique. Un concert de Noël est programmé pour le 18 décembre à 15 heures. L’exposition pour laquelle un modique droit d’entrée est demandé (5€ /adulte, 1€ jusque 12 ans) est accessible chaque samedi et dimanche entre 14h et 18 h jusqu’au 2 février 2017 et sur demande pour les groupes et les écoles. Eglise St-Remacle, rue d’Amercœur 22, 4020 Liège. Secrétariat paroissial : 04/343 26 35