Focus : pittoresque Outremeuse et Sainte-Walburge

Outremeuse, c’est la dernière des îles naturelles de la Meuse. Cet ancien quartier de Liège se développe d’abord à la fin du 11e siècle grâce à la construction du premier pont des Arches. Il s’étend alors le long de la chaussée qui relie Liège à Aix-la-Chapelle, depuis l’actuelle Chaussée des Prés, par la rue Puits-en-Sock, avant de quitter la vallée par la rue d’Amercœur.
Au fil du temps, le quartier a subi de nombreuses transformations. Certains endroits ont gardé leur caractère du 18e siècle : la très commerçante rue Puits-en-Sock et ses rues adjacentes, par exemple.
L’une des modifications les plus importantes a probablement été la construction de l’hôpital de Bavière, entre 1890 et 1895. Aujourd’hui, il n’en reste plus que le porche d’entrée et la jolie chapelle Saint-Augustin, qui date du 17e siècle.
Lors de la fondation de notre Université, dont nous fêtons cette année le 200e anniversaire, c’est aussi en Outremeuse qu’ont été construits les instituts de Zoologie, d’Anatomie et de Physiologie.
Ce quartier « Dju d’la Moûse » (au-delà de la Meuse), le Dju d’là, c’est le pays de Tchantchès, de la jeunesse de Simenon, des potales…
Marionnette et personnage légendaire, Tchantchès est né en 760 entre deux pavés d’Outremeuse. Homme du peuple, plein de bon sens et courageux, il nous accueille dans son musée et sur son monument, sculpté par Joseph Zomers.
Georges Simenon, lui aussi, est un enfant d’Outremeuse : c’est là qu’il a vécu gamin. Son quartier, il l’évoque très souvent dans ses mémoires et ses romans. A 70 ans, il déclare même « J’agis, je pense, je me comporte comme un enfant d’Outremeuse »
Les potales, ces niches consacrées à la Vierge Marie, sont entretenues et fleuries par les habitants du quartier pour nous rappeler qu’Elle est fêtée le 15 août. Cette date est prétexte à des manifestations organisées par la République libre d’Outremeuse, des réjouissances fameuses, même à l’étranger. Le « 15 Août », c’est une fête religieuse et populaire qui se déroulera cette année à partir du 12 août.
Fête religieuse, donc, car on y dit la messe en wallon et une procession met à l’honneur la célèbre Vierge Noire.
Fête populaire, aussi, par ses spectacles de marionnettes au musée Tchantchès, son cortège folklorique, des concerts gratuits en plein air, un tir de campes (ancêtres des pétards) et bien d’autres attractions. Pour y participer, des centaines de milliers de personnes viennent à Liège, et l’un des pôles d’attraction est sans conteste la pittoresque rue Roture. C’est là que vous irez combler un petit creux dans l’un de ses nombreux restaurants, et découvrir tous les arômes de pèkets dans l’une de ses échoppes.
Nul doute que vous voudrez, vous aussi, profiter de l’ambiance du 15 août, où le folklore et la culture populaire des vieux quartiers ont résisté à la modernité !
Après avoir goûté à ces réjouissances, pourquoi ne pas poursuivre dans le même climat d’allégresse sur les hauteurs de Liège, à Sainte Walburge ?
Chaque année, fin août-début septembre, une autre fête liégeoise célèbre se déroule sur cette colline : la Fête des Fous. Son origine remonte au Moyen Âge. C’était alors la Fête des Innocents, une « mascarade » organisée en principe fin décembre. A Sainte-Walburge, les commerçants et les mouvements de jeunesse du quartier l’ont remise au goût du jour il y a plus de 40 ans, à une période de l’année plus favorable aux divertissements en plein air.

Cimetière de Sainte-Walbuge

Cette année encore, une foule d’activités seront proposées du 1er au 4 septembre, pour tous les goûts, tous les genres et tous les âges. Durant quatre jours, vous pourrez participer à la brocante, messe des fous, marche aux flambeaux, feux d’artifice, et bien sûr à toutes les attractions foraines. Vous en profiterez aussi pour découvrir les commerces, rue Sainte-Walburge, Montagne Sainte-Walburge, et dans toutes les rues proches. Ils vous proposeront leurs promotions dans tous les secteurs, l’alimentation, l’horeca, l’habillement… et vous pourrez y faire de véritables affaires !
Si vous voulez aussi faire des découvertes touristiques, voici le parc de la Citadelle, avec ses promenades et ses chemins balisés, les remparts, l’enclos des fusillés et le puits de Païenporte. Et – pourquoi pas ? – allez donc visiter le cimetière ! Ce n’est peut-être pas le cimetière marin, ni celui du Père Lachaise, mais peintres, sculpteurs, écrivains, comédiens, musiciens de Liège comme Adrien de Witte, Henri Koch, Berthe Bovy, par exemple, sont inhumés ici. Une petite heure de sérénité, peut-être, avant de retourner profiter de la vie à la Fête des Fous à Sainte-Walburge …
Bon amusement !

 

Josette Lamotte

Retrouver notre article dans le MagLiège Métropole

Merci à tous nos partenaires pour leur soutien !

 

Vues totales 488 , Vues aujourd'hui 2 

Vous pouvez également aimer :