Facebook

Mode Muntu à la Cité Miroir

Jusqu’au 27 août, la Cité Miroir présente une rétrospective inédite du peintre congolais Mode Muntu (1940-1985). Jan Hoet, le célèbre conservateur du S.M.A.K. à Gand disait de lui qu’il serait le peintre du XXIe siècle. Mode Muntu demeure pourtant peu connu du grand public…

Né en 1940 à Lubumbashi, aîné d’une fratrie de 14 enfants, Mode Muntu intègre l’Académie des Beaux-Arts de sa ville à seulement 14 ans. Son langage plastique intuitif l’intègre dans un mouvement d’artistes contemporains, tels que A.R. Penck et Keith Haring, qui utilisent la silhouette comme un moyen d’expression universel. La peinture instinctive de cet artiste s’est créé un sillon marginal dans les tumultes de l’histoire de la République démocratique du Congo.

Le graphisme moderne de la peinture de Mode vibre au milieu d’un décor d’innovations délicates. Des couleurs se livrent une joute osée pendant que des silhouettes épurées s’agitent devant des motifs répétés. Plus loin des points scintillent. Un lien évident unit la vie de Mode à son œuvre. Les tragédiens grecs auraient d’ailleurs jalousé son destin. Issu d’un petit village du Katanga, moqué par ses pairs, ses tableaux se disséminent pourtant après sa mort, aux quatre coins de la planète.

En dehors de sa peinture, Muntu ne supporte pas l’écrasante responsabilité de la vie et lui préfère son monde intérieur qu’il peint avec frénésie. Le caractère le plus profond de cette peinture en est certainement l’instinct. Ses tableaux sont la quintessence d’émotions brutes. L’œuvre complète devient le kaléidoscope d’une société en mutation. La carrière de Muntu réside dans un carrefour où l’Art rencontre l’Histoire. Toutes les périodes de sa peinture sont imprégnées de cette métamorphose.

L’homme est traversé par l’indépendance, le mobutisme et le début d’une crise identitaire où une civilisation prend conscience qu’elle perd ses valeurs traditionnelles au profit d’une brusque urbanisation. Mode, lui, ne parvient pas à détacher sa vision d’un idéal rural. Il peint une société fière de ses traditions où la vie, la mort et les esprits coexistent. Il illustre aussi par quelques proverbes sa vision d’une morale contemporaine. L’œuvre que Mode laisse est riche et étonnante. Elle est redécouverte depuis peu grâce notamment à cette exposition de la Cité Miroir. La récente monographie sur Mode Muntu détaille aussi l’émergence de la peinture moderne au Congo et étaye son œuvre par une intéressante grille de lecture et une série de photos qui permettent d’apprécier une collection remarquable de tableaux encore jamais réunis.

Enfant, Michaël De Plaen, un des deux Commissaires de l’exposition, avait pour habitude d’évoluer librement au sein du musée de Lubumbashi dans lequel ses parents étaient employés. Sa rencontre avec un peintre timide, travaillant en solitaire le marqua au point de lui consacrer un ouvrage en 2015 et aujourd’hui, une exposition à La Cité Miroir. Le but ? Amener au grand jour la figure et le travail de Mode Muntu. Les enfants recevront un carnet de jeux autour de l’exposition.


Infos pratiques
La Cité Miroir
Place Xavier Neujean 22
4000 Liège
+32 (0)4 230 70 50
www.citemiroir.be

Accessible pour les personnes à mobilité réduite
A partir de 6 ans – Livret de jeux offert aux enfants
Du lundi au vendredi de 9h à 18h
Samedi et dimanche de 10h à 18h
A partir du 1er juillet : du lundi au dimanche de 10h à 18h
Dernière entrée à 17h