Fin janvier, en un mois et demi, 50 000 personnes avaient déjà visité l’exposition organisée à la Gare des Guillemins par Europa Expo. Et vous ? Si ce n’est pas encore le cas, n’hésitez surtout pas à programmer votre visite dans les prochaines semaines ! Le parcours est magique, et vous le découvrirez en fonction de vos intérêts particuliers.

C’est l’égyptologue Howard Carter qui vous guidera tout le long du circuit. Il vous parlera de la naissance de sa passion pour l’archéologie. Il vous dira comment son talent de dessinateur l’a amené à copier des peintures murales en Egypte, et vous saurez tout sur le soutien de son mécène Lord Carnarvon, une amitié exceptionnelle dans tous les sens du terme. Vous découvrirez, bien sûr, les circonstances qui lui ont permis de mettre au jour le tombeau de Toutankhamon il y a près d’un siècle, en 1922.

Alors, vous apercevrez l’intérieur de la tombe : d’abord l’antichambre et son savant désordre, puis la chambre funéraire et enfin la chapelle, chacune avec son riche mobilier. En quelques minutes, vous profiterez du résultat d’un travail qui a duré de nombreux mois et demandé bien des efforts : inventorier, photographier, séparer à l’aide de poulies les cercueils enchâssés comme des poupées russes… mais quelle récompense de pouvoir enfin accéder à la chambre sépulcrale et admirer, comme Carter, les trésors qu’elle contient !

Ici, l’accent n’est pas mis sur la valeur du trésor…110 kg d’or, certes, mais une réplique à l’identique suffit à nous en montrer la grandeur et la beauté. Ici, tout est conforme à la réalité, depuis les peintures murales jusqu’aux moisissures émaillant les murs de la tombe, en passant par les procédés d’écriture utilisés en Egypte il y a 33 siècles…tous les détails sont fidèles.

Vous apprendrez aussi une autre histoire – et non la moindre – le drame qui a entouré la vie de Toutankhamon. Il est né dans un Palais d’Amarna dont le cadre est reconstitué : le luxe, la peinture des murs du sol au plafond, les fenêtres en trompe-l’œil, les guirlandes, tout y est si bien rendu que vous vous attendrez à y voir apparaître le futur Pharaon en personne ! Suite au décès de toute sa famille, sans doute atteinte par la malaria, Toutankhamon monte sur le trône d’Egypte à l’âge de neuf ans déjà, mais il ne régnera que quelques années. Il décède soudainement à 18 ans, probablement des suites d’une mauvaise fracture. Une chute de char ? Sa tombe a donc dû être préparée à la hâte, mais elle résistera pendant des centaines d’années à un pillage en règle…d’où l’émerveillement de Carter et du monde entier lors de son ouverture, en la découvrant presque intacte.

Au cours de la visite, vous pénétrerez même dans l’atelier de Thoutmose, le sculpteur royal qui a réalisé le fameux buste de Néfertiti, au visage si parfait. Vous comprendrez vraiment le fonctionnement de la société au temps de Toutankhamon. Mobilier, vêtements, nourriture, poterie, vannerie, tous ces aspects de la vie courante sont illustrés et nous donnent un vaste éclairage sur la vie quotidienne en Egypte il y a 3000 ans. Vous pourrez ainsi vous documenter, par exemple, sur la botanique de l’époque…

Tout au long du circuit, de mini-salles de cinéma vous présenteront de petits films datant d’il y a près d’un siècle, des reportages révélant « en direct » les étapes de la mise au jour du tombeau. Un moment de repos, et beaucoup d’émotion.

Dans chaque salle, pour tous les spécialistes et les passionnés, et pour tous les véritables curieux, un espace muséal est associé au décor. Une autre lecture plus fine, un peu plus longue, mais encore plus passionnante !

L’exposition Toutankhamon se veut ouverte à tous les publics. Pour les plus jeunes, un «escape game», un jeu d’évasion grandeur nature, est proposé aux participants. L’idée est simple : sur les traces d’Howard Carter, vous analyserez les indices laissés un peu partout dans l’exposition pour tenter de retrouver Howard Carter et endiguer la malédiction du Pharaon qui menace de se répandre sur le monde.

Que vous soyez archéologue, passionné de l’Egypte ancienne, écolier, étudiant, ou même si vous hésitez encore à franchir les portes d’un musée, allez-y ! Des remises en contexte, des reconstitutions de décors, de la musique, des mises en scène vous permettront de vivre l’exposition comme si vous viviez au temps du jeune Pharaon.

Votre Mag vous souhaite une agréable visite !

Josette Lamotte