Il n’est jamais trop tard, dit-on, pour présenter ses vœux ! Aujourd’hui, nos souhaits s’adressent plus particulièrement à nos concitoyens d’origine asiatique, Chinois, bien sûr, ou originaires de Singapour, de Thaïlande, en passant par le Viêt Nam ou la Corée. Tous ont fêté et fêtent encore le début de l’année chinoise 4718, l’année du Rat de Métal, qui a commencé le 25 janvier 2020. Ce fameux nouvel an n’est pas que l’affaire d’un jour : il marque l’arrivée de la fête du printemps – la plus importante célébration en Chine, dure deux semaines et se clôture par la fête des lanternes. Pétards, festins, décorations, spectacles, danse du dragon…le choix des festivités est grand!

L’astrologie chinoise propose un cycle de douze années, chacune représentée par l’un des cinq éléments (Ciel, Terre, Eau, Feu, Métal), et un animal, l’un des 12 qui se sont rendus à l’invitation de Bouddha.

Comme chez nous, le nouvel an lunaire est l’occasion de se rassembler en famille, de présenter ses vœux et de s’activer en cuisine. Le dîner est le point central de la célébration. Il est composé de plats copieux et supposés porter bonheur. Par exemple, le poisson est synonyme de prospérité parce que son nom (Yù, en chinois) se prononce presque comme le mot «abondance». On sert aussi souvent des raviolis car leur forme évoque celle des lingots chinois anciens. S’ils contiennent une petite pièce de monnaie, cela prédira la bonne fortune pour l’année à celui qui l’aura mangé… un peu comme notre fève de la galette des Rois ! Les nouilles, elles aussi plat porte-bonheur du nouvel an, sont synonymes de longévité. Plus les nouilles sont longues, plus les convives vivront longtemps selon la croyance populaire. Enfin un dessert viendra clôturer le repas, comme une promesse pour l’année à venir. Le « gâteau de l’An » se prononce «gāo», presque comme «grandir», et en manger constitue un gage de croissance dans tous les domaines.

La fête des lanternes aura lieu cette année le 8 février. Une date à retenir pour, une fois encore, faire la fête, « à la chinoise »cette fois ? Une très bonne excuse pour s’attabler à l’un des bons restaurants asiatiques de notre ville.

Pourquoi pas Les Nouilles fraîches, rue de la Régence 10 ? Vous y trouverez des spécialités de délicieuses nouilles maison. Toujours dans le centre, le Wang, rue de la Casquette 24, vous propose de déguster une cuisine chinoise savoureuse dans un cadre agréable.

De l’autre côté de la Meuse ? De Yuan, rue Grétry 28. Des plats goûteux et copieux à un prix très raisonnable. Chinois dans l’assiette et dans l’ambiance ! Le long de la Dérivation ? Les Cinq Etoiles, quai des Ardennes 99, l’un des « must » pour une cuisine qui invite au voyage. Sans oublier le Shanghai, peut-être le plus « chic », avec sa vue sur les parterres fleuris de la place Cathédrale et sa cuisine chinoise raffinée en plein cœur de Liège.

Ces quinze jours de fièvre dans l’Empire du Milieu sont l’occasion idéale pour redécouvrir une culture fascinante et une excellente raison de se régaler. Avec ou sans baguettes, XINNIAN KUAILE!

Josette Lamotte