• Les résultats ont été filtrés avec la lettre: B
A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W Y
Photo de Balade à Liège aux Cotaux de la Citadelle
Balade à Liège aux Cotaux de la Citadelle
Photo de Balade des Chemins Oubliés: Du côté du Fort de Flémalle
Balade des Chemins Oubliés: Du côté du Fort de Flémalle
Cette balade est complète !
Cette balade nous reliera à nos souvenirs du passé, ceux des soldats des deux guerres et ceux des mineurs qui vinrent en nombre d’Italie pour descendre dans les mines du bassin liégeois. Le domaine du Fort nous offre une vue panoramique sur la vallée de la Meuse puisqu’il fait partie des 12 forts fortifiés qui barraient la route vers Liège. C’est une balade très nature car les terrils sont devenus au fil du temps un paradis pour toutes sortes d’oiseaux et d’insectes et les chemins campagnards que nous emprunterons nous offriront leur lot de jolies perspectives. Si le soleil est de la partie, peut-être pourrons-nous au passage nous attarder à marauder quelques mûres toutes juteuses qui fleurissent sur les bords des chemins.
Départ : 9h30 sur le parking de la place du village à Flémalle à côté de l’Eglise Saint Mathias
Durée : +- 3h. Parcours de 10 km – niveau de difficulté : moyenne
P.A.F. : 3 €
Guide : Brigitte Piérart
Condition de participation : obligation de se munir d’un masque. Celui-ci devra être porté aux endroits ne permettant pas de respecter la distanciation sociale d’1m50.
Information à l’Office du Tourisme – tourisme@flemalle.be – 04 233 67 87. Réservation obligatoire via le bouton « réserver » de notre page Facebook, via la billetterie en ligne http://www.flemalle.be ou directement à notre office.
Photo de BAM Festival
BAM Festival
Photo de Bandas en Délire
Bandas en Délire
Festival de musique de rue
Festival de bandas organisé par le Delirium Tremens Band de Dalhem
Photo de Basilique Saint-Martin
Basilique Saint-Martin

La basilique Saint-Martin est un édifice religieux catholique sis sur le Publémont, à Liège, en Belgique. Un édifice roman du xe siècle, déjà connu comme collégiale Saint-Martin1, est remplacé par une nouvelle église de style gothique au xvie siècle. Elle est l’une des sept anciennes collégiales liégeoises.

Dans la première église fut célébrée pour la première fois, en 1246, la Fête-Dieu. Étant donnée l’importance historique de cet événement, encore aujourd’hui commémoré annuellement, la collégiale fut élevée au rang de basilique mineure en 1886.

Histoire

La légende

Éracle, qui jouissait d’un grand crédit à la cour d’Othon Ier, accompagna cet empereur en Italie quand il alla s’y faire couronner par le pape Jean XII. C’est pendant ce voyage que l’évêque de Liège ressentit les premières atteintes d’un mal qui devait bientôt lui causer d’affreuses douleurs. Son corps se couvrit peu à peu d’ulcères qui le rongeaient, et les médecins avaient perdu tout espoir de salut. Lorsqu’Éracle apprit les cures nombreuses qui s’opéraient à Tours sur le tombeau de Saint Martin, il résolut de s’y rendre en pèlerinage. Il y était déjà depuis sept jours, employant les larmes, les jeûnes, les veilles et les prières pour obtenir sa guérison, lorsque, tout à coup, pendant son sommeil, saint Brice et saint Martin lui apparurent revêtus de leurs habits pontificaux. Ce dernier s’approcha d’Éracle, le toucha de son bâton pastoral et lui dit :

« Mon frère de Liége, Notre Seigneur Jésus-Christ vous guérit et vous rend la santé par un effet de sa miséricorde infinie. Levez-vous donc et manifestez à nos frères les chanoines la toute-puissance divine; ordonnez-leur d’en remercier le Très-Haut, de chanter ses louanges avec le peuple pieux, et de vous recevoir à perpétuité au nombre de leurs confrères. Pour vous, célébrez demain l’office divin, afin que ceux qui vous ont vu près de succomber sous le poids de vos maux raniment leur confiance dans le secours de leur patron »

— Jean BertholetHistoire de l’institution de la Fête-Dieu2.

La vision disparut, et l’évêque malade s’éveilla plein de santé, au grand étonnement des siens. Les chanoines de l’église de Tours accoururent aussitôt, examinèrent la plaie, et n’y trouvèrent qu’une cicatrice encore un peu rouge. Au bruit de ce miracle, les acclamations les plus vives retentirent dans toute la ville. Le lendemain, Éracle dit la messe dans l’église puis reprit la route de Liège.

Quelque temps après, dit l’évêque dans la narration qu’il a lui-même laissée de cet événement , ne perdant point le souvenir du bienfait signalé que j’avais reçu de Dieu par l’intercession de saint Martin, je fis construire à son honneur, dans la ville de Liége, une église en un lieu nommé Publemont (en 962) ; j’en fis la dédicace, je la dotai très-richement de mes propres biens, et j’y établis trente chanoines, des chapelains et des desservants pour y célébrer l’office divin suivant le rit et l’usage de l’Église.3

Les origines

Le 2 juin 965Éracleévêque de Liège, délivre l’acte de fondation sur le Publémont d’un édifice destiné à devenir la nouvelle cathédrale de Liège, consacrée à la Vierge-Marie et à saint Lambert4. Mais Notger, son successeur, décide de dédier le sanctuaire à saint Martin et lui confère le statut de collégiale5.

Gravure de la collégiale Saint-Martin vers 1735 par Remacle Le Loup

En 1312, dans la nuit du 3 au 4 août le peuple, soutenu par le chapitre de la cathédrale, met le feu à la collégiale Saint-Martin dans laquelle s’étaient réfugiés plusieurs dizaines de nobles qui périrent dans l’incendie. L’événement est connu sous le nom de la måle Saint-Martin.

Collégiale Saint-Martin (Milieu du xixe siècle)
Aquarelle de J. Fussell

Aujourd’hui, il ne reste rien de l’église romane primitive qui fut remplacée au xvie siècle par l’édifice gothique actuel dont les travaux de construction s’étalèrent de 1506 à 1542, sous le règne du prince-évêque Érard de La Marck, d’après les plans de Paul de Ryckel.

La Fête-Dieu

C’est à Saint-Martin que fut instituée la Fête-Dieu, et célébrée liturgiquement pour la première fois en 1246, à la suite des démarches effectuées par Julienne de Cornillon et la recluse Ève de Saint-Martin. Au cours des siècles, le culte eucharistique prit à la collégiale une importance considérable, manifesté surtout par l’établissement de la confrérie du Saint-Sacrement, renforcée à partir de 1765 par la confrérie de l’Adoration perpétuelle et par l’aménagement d’une chapelle exclusivement réservée au culte eucharistique, la chapelle du Saint-Sacrement.

Sorte de Saint des Saints, cette chapelle bénéficia de l’attention généreuse des membres du chapitre collégial et fit l’admiration des visiteurs de Liège6. La chapelle était ornée de peintures des grands artistes Jean Del Cour et Englebert Fisen. Elles sont dispersées à la révolution7.

Le jeudi 11 juin 1846, Fête-Dieu, une cantate de Felix Mendelssohn fut chantée dans cette basilique, afin de célébrer le 600e anniversaire de cette fête, en rendant hommage à l’institution. Cette œuvre Lauda Sion avait été commandée dans cette optique.

Les basiliques de Liège

La collégiale Saint-Martin a rang de basilique et plus précisément de basilique mineure, non pas comme le veut une légende urbaine comme seconde église de Liège de rang après la cathédrale, mais parce qu’elle est lieu de pèlerinage de la Fête-Dieu depuis 1246, titre qui lui a été conféré par le bref du pape Léon XIII le 9 mai 1886.

Patrimoine

On admirera notamment dans cet édifice le calvaire du début du xvie siècle, le mausolée d’Éracle, Notre-Dame de Saint-Séverin, belle statue de bois polychrome du xvie siècle, la chapelle du Saint-Sacrement, ornée de médaillons de Jean Del Cour, la châsse de la bienheureuse Ève, des souvenirs de la Fête-Dieu, et, dans la crypte, le gisant en marbre noir de Theux représentant le prévôt de Saint-Martin, Conrad de Gavre (1602).

Après de nombreux aléas, l’église actuelle date du xvie siècle et abrite, en son chœur, cinq verrières de la Renaissance.

Restaurée en 1840 et en 1871, elle est basilique depuis 1886.

Index des artistes

Vue du chœur de la basilique Saint-Martin

Liste chronologique des artistes ayant travaillé à l’église Saint-Martin, ou dont une œuvre se trouve dans l’église.

Événements

En juin 1846, pour les 600 ans de la Fête-Dieu, la Basilique vit la première mondiale du Lauda Sion de Felix Mendelssohn, motet commandé par l’évêque de Liège et créé en présence du compositeur qui mourra l’année suivante.

Les funérailles de Julie et Mélissa, les deux victimes les plus connues de Marc Dutroux dans l’affaire du même nom, ont été célébrées à Saint-Martin le 22 août 19969.

Photo de Basse-Meuse Classicautomobileclub
Basse-Meuse Classicautomobileclub

Club automobile véhicules ancêtres asbl

Photo de Bateau « Le pays de Liège »
Bateau « Le pays de Liège »

Pays de Liège (bateau)

Le Pays de Liège est un bateau à passagers (ou bateau-promenade) qui propose des croisières de quelques heures à une journée, sur la Meuse et sur le canal Albert en province de Liège.

Embarquez pour une croisière au fil de l’eau

Le bateau « Le Pays de Liège », 208 places assises réparties sur 2 ponts couverts avec en plus un pont promenade, vous dévoile les charmes de la Meuse. En journée ou en soirée, avec ou sans repas, laissez-vous embarquer au fil de l’eau pour un moment de détente original…

Croisière sur la Meuse à destination de Maastricht, Huy, la Montagne Saint-Pierre, … Croisières gourmandes en soirée avec animation musicale.
Avec ses 208 places assises réparties sur 2 ponts couverts et un pont promenade, le bateau « Le Pays de Liège » vous emmènera à la découverte des charmes de la vallée mosane au travers de croisières d’une demi-journée ou d’une journée à destination de Maastricht, Huy, la Montagne Saint-Pierre.
Il est possible aussi de combiner une croisière avec la visite de Blegny-Mine et des principaux sites touristiques liégeois.
Des croisières gourmandes sont organisées en soirée tout au long de l’année.
Le bateau peut également être loué par des entreprises ou des particuliers.

 

Photo de Baugnez 44 Historical Center
Baugnez 44 Historical Center
Photo de Belgian Forest Days
Belgian Forest Days
Photo de Bibliothèque & Musée de la Gourmandise
Bibliothèque & Musée de la Gourmandise

La Bibliothèque de la gourmandise est la plus importante bibliothèque de gastronomie de Belgique, avec plus de 17000 livres de cuisine et plusieurs milliers d’autres documents ; c’est une des plus grandes d’Europe sur ce thème avec ses ouvrages concernant l’alimentation, les arts de la table et le tabac, principalement en Europe et particulièrement en Belgique : bibliographies, histoire, recettes de tous les temps, économie domestique, chimie alimentaire, publicités, iconographie, littérature, musique, etc.

Pour assurer la pérennité de ce fonds qui constitue un outil essentiel pour les chercheurs, notre asbl a choisi de le transférer à l’asbl Centre de gastronomie Historique qui lance un nouveau projet : la création d’un Pôle de Recherche en Histoire de l’Alimentation : le PRHAlim

Un crowdfunding est lancé pour réunir les fonds nécessaires à la reprise de la collection et à sa réinstallation en région bruxelloise.  Votre participation, si minime soit-elle, est la très bienvenue sur

La bibliothèque contient également des ouvrages concernant les arts anciens, la poste et la danse.  Un fonds est consacré aux archives locales et à la littérature dialectale :

Bibliothèque

Salle de lecture en 2003.

Elle représente la plus importante collection de livres de gastronomie de Belgique et l’une des vingt plus grandes d’Europe2.

Les livres, majoritairement anciens, traitent de l’alimentation, des arts de la table et du tabac, principalement en Europe et particulièrement en Belgique. Ils sont classés par thèmes : bibliographies (dont celle de Georges Vicaire), histoire, biographies, réceptaires (livres de recettes), cuisine religieuse, cuisine des enfants, diététiquevégétarismevégétalisme, économie domestique, sociologie, chimie alimentaire, publicités, iconographie, littérature, musique, etc.

La bibliothèque compte plus de 20 000 volumes auxquels s’ajoutent plusieurs milliers de documents (menus, étiquettes, revues, etc.). L’encodage informatique des livres est en cours.

La bibliothèque possède également d’autres fonds :

  • histoire de l’art et archéologie (quelque 2 500 livres) ;
  • danse et chorégraphie (2 000 livres) ;
  • archives locales et dialectales ;
  • histoire de la Poste et de l’écriture (fonds créé en 2004 avec le Musée Postes restantes situé dans le même bâtiment).

Les ouvrages sont consultables sur demande écrite et rendez-vous, étant donné le bénévolat des bibliothécaires.

Musée

Une salle du musée.

Deux bouteilles à vin de Meuse, dites voleuses3xviiie siècle, au musée.

Objets authentiques de gastronomie, matériel du feu du xve au xixe siècle, tableaux originaux (dont Le Christ chez Marthe et Marie de Joos Goemare, vers 1600), meubles, objets de maitrise et de curiosité relatifs à l’histoire de la cuisine et de l’alimentation sont disposés dans des salles du xviie siècle couvertes de voutes d’arêtes4.

Les visites sont toujours guidées : les visiteurs sont accompagnés d’un guide qui explique, de façon attrayante et humoristique, l’histoire de la cuisine en tenant compte de ses interlocuteurs. Les enfants, les personnes âgées, les personnes à mobilité réduite, les malvoyants, les handicapés mentaux légers y trouvent donc un accueil adapté. Les efforts de l’ASBL en matière d’accessibilité ont été récompensés le 26 janvier 2010 par le prix Cap48 de l’entreprise citoyenne 2009.

Expositions

Bibliothèque et musée organisent également des expositions temporaires in situ, participent à d’importantes manifestations culturelles (comme « Made in Belgium » à Bruxelles), et collaborent avec d’autres musées ou institutions de recherche.

Activités annexes

Depuis 2002, l’association sans but lucratif organise des balades guidées pour la découverte d’un patrimoine gastronomique particulier : les plantes sauvages comestibles. Sont organisées également des rencontres découvertes sur divers thèmes gastronomiques5.

D’autre part, la taverne des musées propose des mets réalisés en fonction de recettes issues de la bibliothèque, mettant ainsi à la portée du public une cuisine historique et régionale6.

Sites d’activité

Bibliothèque et musée sont installés dans la ferme castrale de Hermalle-sous-Huy (dans l’entité administrative de Engis), ancienne ferme du château contigu. Les bâtiments, qui datent des xviie et xixe siècles, peuvent faire l’objet d’une visite guidée pour des groupes de visiteurs.

Le site web offre, outre agenda et informations touristiques, des articles de fond sur des sujets particuliers de gastronomie7.

Photo de Bibliothèque Alpha – Salle académique de l’Ulg
Bibliothèque Alpha – Salle académique de l’Ulg
Photo de Bibliothèque Arsène Soreil
Bibliothèque Arsène Soreil

Réseau des bibliothèques communales d’Ans

 

Photo de Bibliothèque communale section de Hermalle
Bibliothèque communale section de Hermalle

La Bibliothèque communale vous accueille dans un cadre clair et chaleureux. Elle vous propose un choix agréable et diversifié de livres pour enfants, adolescents et adultes : romans, BD, ouvrages techniques ou de vulgarisation… mais également les journaux (La Meuse et Le Soir).

Afin de toujours mieux vous satisfaire et rencontrer vos demandes, elle se renouvelle et accroît ses collections : ainsi chaque année +/- 700 nouveaux bouquins sont mis à votre disposition.
Elle participe également au prêt-interbibliothèques (elle emprunte à d’autres bibliothèques des ouvrages qu’elle ne possède pas afin de les prêter à ses lecteurs) et pratique les réservations.

Elle accueille également les classes des écoles de l’entité engissoise et réalise pour celles-ci des animations.

La bibliothèque est ouverte à tous sans distinction, habitants du territoire communal comme de l’extérieur.
Pour une cotisation de 6 euros/an (dont sont exemptés les mineurs d’âge, étudiants, chômeurs et minimexés), un maximum de 10 livres à la fois vous est prêté pour 1 mois.

Photo de Bibliothèque d’Alleur
Bibliothèque d’Alleur

La Bibliothèque vous invite à partager ses trésors des livres pour vous détendre, vous cultiver ou vous informer…

Photo de Bibliothèque d’Engis
Bibliothèque d’Engis
Bibliothèque de Boncelles

Entièrement rénovée en mai 2012, la bibliothèque est située dans l’ancien hôtel de ville de Boncelles, à l’étage.

Des milliers de volumes et de revues sont en libre accès.

Animations réalisées à la bibliothèque : visites de classes avec les écoles avoisinantes.

 

Photo de Bibliothèque de Xhendremael
Bibliothèque de Xhendremael
Photo de Bibliothèque Paul Biron
Bibliothèque Paul Biron
Photo de Bibliothèque Ulyse Capitaine
Bibliothèque Ulyse Capitaine
Photo de Bibloupe – Bibliothèques d’Oupeye
Bibloupe – Bibliothèques d’Oupeye
Le Réseau d’Oupeye est constitué de 7 bibliothèques.
Plus d’infos?
Rendez-vous dans l’onglet « Articles », Réseau des Bibliothèques d’Oupeye.
Photo de Biennale de l’Image Possible
Biennale de l’Image Possible
Photo de Bio en Liège au jardin Botanique
Bio en Liège au jardin Botanique
Organisé par la Régionale Est de Nature & Progrès, ce rendez-vous liégeois de l’alimentation bio et de l’écologie pratique, a lieu chaque année le dernier dimanche du mois de juin.

Voir moins
Ce rendez-vous ayant lieu le dernier dimanche de juin réunit une 70aine d’exposants issus de différents domaines : agriculture, alimentation, artisanat, écoconstruction, bien-être, associatif environnemental et autres.
Des animations sont aussi proposées tout du long de la journée.
Des activités pour les petits, une restauration et un bar bio sont là pour vous rendre la journée très agréable.
Photo de Blegny Energy asbl
Blegny Energy asbl
Photo de Blegny-Mine
Blegny-Mine

Blegny-Mine est le nom d’un ancien charbonnage situé à Trembleur au nord-est de la ville de Liège, en Belgique (Région wallonne). Ce charbonnage appartenant anciennement à la Société anonyme des Charbonnages d’Argenteau.

Sa concession se situait à l’est de Liège et en aval de la ville dans la vallée de la Meuse sous les territoires des anciennes communes d’Argenteau, Cheratte, FeneurSaint-RemyTrembleurMortier et Dalhem, rassemblées dorénavant sur ViséBlegny et Dalhem1,2.

La concession se trouvait au nord de celle de la Société anonyme des Charbonnages du Hasard.

Ce charbonnage fut le dernier du bassin liégeois à fermer ses portes. Ses activités commerciales et industrielles cessèrent en 1980 pour laisser place à un espace touristique et culturel.

À sa fermeture, le site minier comprenait deux puits, le puits Marie (234 m. de profondeur) et le puits No 1 (760 m. de profondeur), afin d’assurer la mise à fruit du gisement, la circulation des hommes et de la production, sans oublier la ventilation des galeries qui se répartissaient sur 7 étages (le dernier se situant à 530 m de profondeur). À partir de ces galeries, l’exploitation se faisait par la méthode de la « taille chassante » qui consiste à avancer parallèlement à la ligne de la plus grande pente de la veine de charbon. Ces veines pouvaient être exploitées jusqu’à une épaisseur minimum de 30 cm.

Une visite de la mine est aujourd’hui possible. Des guides anciens mineurs ou des guides professionnels vous mènent à travers une exploration des galeries à -30 et -60 mètres. La descente et la remontée sont opérées par l’ascenseur toujours en fonction du puits no 1. La visite se conclut par la découverte des installations de recette et de triage des charbons.

Le site de Blegny-Mine héberge également le CLADIC (Centre Liégeois d’Archives et de Documentation de l’Industrie Charbonnière), regroupant de la documentation et de nombreux fonds d’archives des charbonnages de la région.

Le site est accessible en transports en commun, depuis l’arrêt Route de Mortier à Trembleur, desservi quotidiennement par le bus 67 Liège – Visé.

L’endroit était associé à un train touristique, Li Trimbleu, dont l’exploitation a cessé après un accident mortel en 1991. A noter que le mot wallon «Trimbleu» ne signifie nullement «train bleu» comme l’imaginent certains touristes. «Trimbleu» est le mot wallon désignant le village de Trembleur.

Le site est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2012 lors de la 36e session du Comité du patrimoine mondial avec trois autres charbonnages de Wallonie comme sites miniers majeurs de Wallonie3. Il s’agit de l’unique site inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO situé en province de Liège.

Des débuts jusqu’à la fin du xixe siècle

La tour du puits no 1.

Wagonnets à l’intérieur du triage-lavoir.

Une des galeries visitable de la mine, avec une ancienne motrice diesel. On reconnait notamment cette motrice et ses wagons dans le film Marina de Stijn Coninx, pour lequel la mine a notamment servi de décors

Dans la région de Mortier et de Trembleur, les premières traces d’exploitation de houille remonteraient au xvie siècle4, sous l’impulsion des moines de l’Abbaye du Val-Dieu5, bien que le charbon de terre y soit connu depuis bien avant6,7.

l’ancien puits Marie.

En effet, les terrains houillers du Pays de Herve, et de Blegny en particulier, ont la particularité de se trouver à très faible profondeur, voire en affleurement pour certaines veines.

Au début du xviie siècle déjà, l’exploitation houillère au ban de Trembleur semble florissante8 à connaître le nombre d’actes passés à l’époque mentionnant la présence de houille, dans le cas de dédommagements ou de contrats d’exploitation : on trouve ainsi la trace d’exploitations de houille au lieu-dit Goméfosse9, entre Cortils et Trembleur, à la limite du bois de Trembleur9, ou à La Waide10. De plus, plusieurs familles entrent en relations d’affaire avec l’abbé de Val Dieu afin d’exploiter des veines de houille sur les terres de l’abbaye11. Ses moines exploitent d’ailleurs au lieu-dit Leval, sur Saint Remy, dès 166012,13.

Le monastère s’associe aussi plusieurs fois avec des membres de la famille Defrongteaux14.

C’est cependant la famille Corbesier, et plus particulièrement son patriarche Gaspar, qui va développer l’activité houillère de la région et ce, dès la fin du xviiie siècle.

Elle exploite depuis deux générations des houillères sur le territoire des communes d’Argenteau, Mortier, Saint-Remy et Trembleur. Cette famille possède également des parts dans plusieurs autres sociétés charbonnières telles que celles de Bonne-Foi-Homvent-Hareng, Cheratte, Housse, Wandre ou Xhendelesse.

À sa mort en 1809, Gaspar laisse cinq enfants15 : quatre fils et une fille. Trois d’entre eux, Jean, Philippe et Urbain, reprennent une partie de l’héritage paternel dans les houillères de la région et poursuivent l’extraction. Ils introduisent même deux demandes en maintenue et en extension de concessions en 1810 et 1818. Les aléas des successions de régimes retardent l’octroi de celles-ci, nommées « Argenteau » et « Trembleur », qui ne seront finalement accordées qu’en 184816.

À l’époque, les Corbesier possèdent plusieurs puits de mines, notamment le puits des Trois Frères, sur la commune de Trembleur, le puits Urbain, sans oublier celui de Bouhouille, ces deux derniers étant situés sur Saint-Remy. L’exploitation parait s’y dérouler de manière aléatoire : les puits sont tantôt en activité, tantôt abandonnés, avant d’être à nouveau aménagés et rouverts à l’extraction.

L’exploitation erratique est ainsi mise en exergue par le Corps des mines qui relève aussi des difficultés internes à l’entreprise « Corbesier Frères ». Trop éloignée des voies de communication, affrontant des conditions de gisement difficiles et une abondance des eaux d’infiltration, usant de méthodes d’exploitation discutables, exploitant par un nombre de sièges trop important ce qui nécessite l’emploi d’un personnel trop nombreux, la question de la survie de la société est soulignée par l’ingénieur des mines Auguste Ransy : « nous pensons d’ailleurs que nous sommes bien loin de l’époque où il deviendra nécessaire d’asseoir un grand siège d’exploitation dans la région méridionale non seulement sur Bouhouille mais aussi sur Trembleur. En effet, la localité que nous considérons est dépourvue de grandes voies de communication et ne renferme pas assez de consommateurs pour acheter le charbon qu’il serait nécessaire de tirer au jour pour assurer un bénéfice à l’exploitant. La houillère des Trois frères qui, sous ces rapports, est dans de meilleures conditions, ne parvient même pas à écouler la faible extraction qu’elle produit. Le magasin considérable de houille qui encombre aujourd’hui et depuis longtemps cet établissement en est la preuve17. »

Cette conclusion pessimiste ne dissuade nullement les frères Corbesier d’entamer le creusement de ce qui deviendra le puits Marie dès le premier semestre 184918. Le puits est maçonné et les bâtiments abritant le puits et les machines sont terminés en décembre de la même année. Le 24 juillet 185019, ils reçoivent l’autorisation d’installer deux machines à vapeur de 30 et 16 CV avec trois chaudières destinées à l’épuisement des eaux et à l’extraction. La profondeur du puits est portée à 88 mètres et on y monte une première belle-fleur.

Mais dix ans plus tard, le siège Marie n’est toujours pas en activité. En 1863, d’ailleurs, le puits est encore en avaleresse. Cela peut, du moins en partie, s’expliquer par les disparitions successives de Philippe et Jean Corbesier, en 1853 et 1854, et par les difficultés à rassembler les capitaux nécessaires à la continuité des travaux qui en auraient résulté.

Ce n’est qu’en août 1864 que l’ingénieur Deschamps mentionne finalement l’avancement de deux tailles, à partir du puits Marie, dans la couche Grande Fontaine à -170 mètres. Le puits atteint sa profondeur maximale, 236 mètres, et l’entreprise pense même construire un chemin de fer à la surface pour relier l’axe Liège-Maastricht.

Malheureusement, la mort d’Urbain Corbesier qui survient en 1867 reporte le projet. Gaspard Corbesiera prend le contrôle de l’exploitation et tente de relancer l’entreprise familiale. Pourtant, les activités ralentissent avant d’être finalement interrompues. En 1872, la houillère Marie est à l’abandon avant d’être mise en réserve l’année suivante. L’épuisement des eaux s’effectue par un autre puits, probablement le puits de Saint Remy (ou puits Hayoulle), ouvert plus tard, car les pompes du puits Marie sont inactives.

La relance s’engage finalement le 23 février 188220, date à laquelle se constitue la Société anonyme des charbonnages d’Argenteau-Trembleur. Bien que l’actionnariat se diversifie, il reste en grande partie dans le giron de la famille Corbesier. Gaspard Corbesier, qui est également bourgmestre d’Argenteau, devient président du Conseil d’administration.

Gaspard Corbesier se dit très confiant dans l’entreprise lorsqu’il conclut son rapport à l’assemblée générale ordinaire du 3 juillet 1882 : « nous marchons donc dans les conditions les plus rassurantes. Tout nous donne l’assurance que l’exercice prochain clôturera à notre entière satisfaction21. »

Comme pour confirmer ces propos, on agrandit une nouvelle fois le puits Marie en 1883, afin de pouvoir y installer deux chaudières neuves, un culbuteur ainsi qu’une machine d’extraction de 50 CV et une belle-fleur en provenance du charbonnage de Cheratte, où les travaux ont cessé depuis 1878.

L’année 1883 est aussi marquée par la réunion des deux concessions sous le nom d’Argenteau-Trembleur et par l’établissement de voies ferrées.

Malheureusement, la situation semble plus difficile que jamais : « l’exploitation y est tout à fait insignifiante22 » lit-on dans un rapport de l’ingénieur Van Scherpenzeel-Thim. La société ne se porte pas bien, même s’il est vrai qu’elle réalise des travaux d’aménagement très importants. En 1885, la démission du directeur, Dieudonné Dupont, entraîne la désignation de Gaspard Corbesier comme administrateur-délégué.

Quelques mois plus tard, le puits Marie est abandonné et, le 10 août 1887, la Société anonyme des charbonnages d’Argenteau-Trembleur est mise en liquidation.

Malgré un dernier sursaut en 1891 au cours duquel un ancien administrateur, Charles de Ponthière, rachète l’entreprise et tente vainement de remettre en route une activité viable, toute exploitation cesse à cause des eaux aux alentours de 1896 jusqu’au lendemain de la première guerre mondiale.

Au xxe siècle

À l’issue de la Grande Guerre, l’exploitation houillère est arrêtée depuis près de vingt ans dans la région de Trembleur lorsque Charles de Ponthière, ancien administrateur de la S.A. des charbonnages d’Argenteau-Trembleur et propriétaire du charbonnage ainsi que de sa concession, s’associe avec Alexandre Ausselet, un entrepreneur carolorégien déjà propriétaire de deux autres charbonnages à Tamines et à Villers-le-Bouillet.

Le 27 octobre 1919, ces deux associés, rejoints par un groupe d’industriels « courageux et énergiques, portés par l’enthousiasme de la reconstruction des dommages de la guerre23» et « attirés par la qualité extraordinaire de l’anthracite qu’on trouve dans cette concession24  », fondent, à Bruxelles, la Société anonyme des Charbonnages d’Argenteau.

La relance de l’exploitation

Dès 1920, l’entreprise réalise d’importants travaux de premier établissement. Ces travaux comprennent entre autres la réfection du puits Marie, la création de nouveaux étages d’exploitation, la construction d’accrochages, d’écuries et de salles de machines, l’achat de terrains, la construction de bâtiments, l’achat de machines et de moteurs, l’établissement d’installations électriques, sans oublier la réalisation de sondages et de recherches dans la concession ainsi que le creusement du puits No 1.

De 1920 à 1940

Le puits No 1

Le puits No 1 est foncé à l’aube des années 1920 jusqu’à la profondeur de cent septante mètres. Le creusement est réalisé à l’aide de mines et d’explosifs et la paroi intérieure est revêtue d’une maçonnerie en briques. Après une interruption en 1923, le fonçage reprend l’année suivante mais il faut attendre 1929 pour atteindre le niveau de deux cent trente-quatre mètres.

À la fin du mois de décembre 1925, une importante crue frappe la région liégeoise provoquant l’inondation de la vallée mais également l’ennoyage du charbonnage d’Argenteau par suite de la coupure d’alimentation électrique en provenance de la centrale de Bressoux, propriété de la Société intercommunale belge d’électricité. Cet incident a d’importantes conséquences sur la production de l’année 1926 qui enregistre une chute de près de 10 000 tonnes par rapport à 1925 ! L’année suivante, la société connaît de nouveaux déboires de production : c’est une « grande grève25 » de deux mois qui en est à l’origine.

Le puits No 1 est équipé d’une machine d’extraction électrique, toujours en cours de montage en 1927 : « les travaux sont abandonnés depuis de nombreux mois. Les dispositifs de freinage ne sont pas encore installés26. » La garniture du puits se poursuit cependant : on l’équipe de garde-corps, d’un guidonnage, d’une passerelle et d’un escalier autour de la recette.

Étonnamment, la crise de 1929 ne ralentit pas la production. Ce succès est redevable à la qualité exceptionnelle du charbon produit par les veines dites des 7 poignées et des 15 poignées.

Malheureusement, l’entreprise perd la trace de ces deux veines peu de temps après, ce qui provoque une nouvelle diminution des résultats d’extraction. Comme la prospection n’offre aucune réserve nouvelle, un premier projet de fermeture voit le jour vers 1934-193725 .

Cependant, c’est sans compter le « flair du jeune ingénieur Jacques Ausselet23 », fils d’Alexandre Ausselet, et le hasard (« ne dit-on pas que son intuition fut confirmée par un pendule23»), conjugués aux recherches plus conventionnelles et aux études du gisement qui permettent finalement de retrouver des veines qui assureront l’exploitation jusqu’en 1980.

La paire

Les aménagements en surface ne se limitent pas au Puits No 1. Le terrain entourant l’orifice du bure fait lui aussi l’objet de lourds travaux. Entre 1922 et 1923, l’entreprise se lance dans une politique d’acquisition de parcelles en vue de l’installation de la nouvelle paire, de son nivellement et de l’agrandissement progressif du terril.

Les propriétaires du charbonnage décident d’utiliser « la terre et l’argile des morts terrains pour fabriquer des briques et construire tous les bâtiments23 ». Pour ce faire, ils obtiennent diverses autorisations d’établissement de briqueteries temporaires entre 1920 et 1923. De ces constructions, il subsiste encore le magasin, la forge (tous deux transformés en hall d’accueil et en vestiaires) et une partie des anciens bureaux, rachetés dès la fermeture par un particulier.

Le puits Marie

Le puits Marie est en travaux jusqu’en 1923. On y place entre autres les compresseurs en ligne Lebeau et François, que l’on peut toujours voir aujourd’hui. En attendant la mise en service du puits No 1, il est toujours utilisé comme puits d’entrée d’air et sert à la translation du personnel ainsi qu’à l’évacuation des produits grâce à une nouvelle machine d’extraction à vapeur fabriquée par les Établissements Beer de Jemeppe-sur-Meuse et installée en 1924. Le bâtiment subit plusieurs modifications consistant en des agrandissements successifs.

De 1940 à 1980

Le 10 mai 1940, l’extraction est brutalement arrêtée par la destruction de la tour d’extraction du puits No 1 par l’Armée Belge et le pilonnage des installations de surface lors des échanges d’artillerie entre Allemands et Belges. Seul le puits Marie en sort épargné.

« Nous sommes le seul charbonnage de Belgique où une telle destruction a été opérée par l’Armée. Nous n’en connaissons pas les raisons27. » L’armée belge craint que la tour d’extraction, située à trois kilomètres à vol d’oiseau du fort de Barchon, ne serve de point d’observation pour les Allemands. Elle procède alors à la destruction de la tour du charbonnage, « en faisant sauter de grosses charges d’explosifs placées contre les montants en béton de la tour28», et du clocher de l’église Sainte-Gertrude de Blegny.

La puissance des explosions au charbonnage est telle qu’elle touche irrémédiablement la plupart des installations de surface : triage, lavoir, lampisterie, ateliers, magasins, bains-douches, sous-station électrique, bureau, etc.

Faute d’alimentation électrique, les installations d’exhaure cessent de fonctionner et laissent les eaux envahir les chantiers souterrains, jusqu’au niveau de 170 mètres.

Après la destruction des infrastructures, le travail reprend durant les mois de juillet et août par le déblayage de la surface et l’enrayement de l’inondation des puits et des galeries.

La reconstruction proprement dite débute en juin 1942 par l’érection d’une nouvelle tour d’extraction et ce, malgré l’absence d’autorisation des Allemands et les nombreuses difficultés pour se procurer le matériel nécessaire.

Durant la réfection du puits No 1, on installe sur le puits d’aérage du puits Marie, un treuil d’extraction électrique qui permet de faire descendre deux cages au niveau 170 mètres. Cette installation sert à la translation des pompiers et à l’exécution de travaux de recarrage et d’entretien.

Cependant, l’extraction reste nulle. Les dirigeants choisissent la voie de la résistance économique. « S’ils avaient tout fait pour sauver l’outil, ils mirent autant d’ardeur à ne pas exploiter pour le compte de l’ennemi29  ! » C’est parce qu’il est finalement menacé de déportation que Jacques Ausselet se résigne à relancer la production en 1944, en la limitant toutefois entre 25 et 30 tonnes par jour, soit dix fois moins qu’avant-guerre. Une installation de triage manuel, toujours visible aujourd’hui, est placée sur la paire, dans l’attente de l’établissement d’un nouveau triage-lavoir.

Entretemps, Jean Ausselet, son frère, procède à l’engagement de personnel en nombre supérieur à celui nécessité par la production afin d’éviter les départs d’ouvriers vers les usines et fermes du Reich.

Après la seconde guerre mondiale, la grande reconstruction étant terminée, le charbonnage décide l’approfondissement du puits. Le 27 juillet 1956, le niveau bas de l’avaleresse atteint 459 mètres et, le 15 janvier 1960, le creusement atteint la cote maximale de 760 mètres. On exploite ainsi par les niveaux de 85, 170, 234, 300, 350, 430 et 530 mètres.

Le triage-lavoir et la recette

Parallèlement à l’érection de la nouvelle tour d’extraction, la reconstruction du triage débute en 1942. Les piliers en béton de la recette et du triage sont coulés entre septembre 1943 et mai 1944. L’étage de la recette est aménagé fin 1945.

Le nouveau triage-lavoir est opérationnel dès décembre 1946. Celui-ci est agrandi en 1948 et en 1955-1956, par la société Evence-Coppée de Bruxelles. Il fonctionne d’abord à l’argile, puis à l’eau lourde (eau + magnétite) à partir de 1956.

En 1972, l’étude d’un nouveau lavoir à poussier est entreprise et sa construction est réalisée en 1973 par l’entreprise Donnay de Blegny. En 1975, le lavoir est opérationnel.

Les terrils

Le premier terril, dit vieux terril ou ancien terril, est constitué après 1920. Christine Wirtgen précise qu’il est « né en 192530  » et « a été chargé jusque 1940 environ. Brûlé, il est recouvert d’une végétation partiellement naturelle, partiellement plantée par l’exploitant30 ».

Un abri pour le treuil de la mise à terril est construit en 1928. Une première mise à terril est placée en 1929 et des terrains sont achetés en vue de l’extension du terril en 1934.

Une nouvelle mise à terril est construite en 1943, équipée de skips. Elle permet la constitution du deuxième terril, alimenté jusqu’aux derniers jours de l’exploitation.

« Le nouveau terril déborde sur l’ancien. Sa forme tronquée est due à l’échéance de la fermeture qui plana sur le charbonnage à partir de 1975 et qui l’empêcha de se développer normalement. Effectivement, la machine de la mise à terril ne pouvait pas tirer les wagonnets sur une pente plus forte. Comme il n’était pas possible d’amortir une nouvelle installation en 5-6 ans, la direction choisit d’étaler le terril29

L’entrée

Le portique d’entrée remonte à 1954. Il est construit en moellons et en béton. Dessinés par l’architecte Cerfontaine, les plans prévoient initialement le placement de la guérite à droite du portique.

Dans les années 1970 (?), l’arc de béton coiffant la grille principale est coupé en raison de l’évolution de la taille des camions : il leur devenait en effet impossible de pouvoir passer sous le portique.

La laverie

Un arrêté royal du 3 mars 1975 impose aux industries extractives la généralisation de la fourniture de vêtements de travail pour chaque ouvrier. Pour s’y conformer, le charbonnage d’Argenteau envisage la construction d’un bâtiment « pour le stockage des vêtements de travail que nous devons distribuer à partir du 1er janvier 197631. »

Le charbonnage fait appel à l’entreprise Herman Palmans à Dalhem pour l’érection de la nouvelle bâtisse, parée à l’extérieur de dalles SIPOREX.

Reconversion

Dans les années 1960, le Ministère des affaires économiques mène des recherches de reconversion pour les sites industriels – y compris charbonniers – et pour le reclassement du personnel. Des brochures à destination d’investisseurs potentiels sont éditées et mettent en valeur les avantages que des sites désaffectés « offrent pour l’implantation d’industries nouvelles32 ». Malheureusement pour le charbonnage de Trembleur, son site n’est pas retenu dans l’édition qui sort de presse en 1970.

La loi sur l’expansion économique du 30 décembre 1970b donne une nouvelle chance au charbonnage de s’inscrire dans une démarche de reconversion, d’autant plus que les autorités semblent disposées à accorder « un préjugé favorable aux régions charbonnières33 ». Sans plus de succès.

Au niveau de la production, l’année 1970 représente un record pour la houillère de Trembleur. Cette performance arrive à point, au moment où les responsables politiques s’apprêtent à programmer de nouvelles fermetures. Grâce à sa production de 1970, le 13 février 1975, le Comité ministériel de coordination économique et sociale décide d’arrêter toute subvention au charbonnage à la date du 31 mars 1980. Il est ainsi le dernier siège du bassin de Liège à fermer ses portes.

Entretemps, des pistes de reconversion sont étudiées : exploitation du terril, utilisation du triage-lavoir, reconversion touristique. Jacques Ausselet s’adresse à l’ingénieur Modeste Petitjean de l’Administration des Mines afin qu’il étudie les solutions envisagées. L’étude conclut à des perspectives peu encourageantes. Jacques Ausselet se tourne alors vers Jean Defer, directeur des travaux, qui a déjà défendu l’idée d’une reconversion touristique. Et, de fait, depuis 1973, le charbonnage accueille un embryon d’activité touristique, connu sous le nom du Trimbleu, qui s’appuie sur l’exploitation de l’ancienne ligne vicinale Trembleur-Warsage. Jacques Ausselet charge Jean Defer de finaliser une reprise par la Province de Liège, sur base de la proposition formulée en 1976 par son Gouverneur de l’époque, Gilbert Mottard, de conserver un signe de l’attachement de la région à la houillerie.

Ce projet est avalisé par le Conseil provincial et la Députation permanente de la Province de Liège le 13 mars 1980 et ne s’arrête pas à la conservation du site charbonnier mais vise également à l’exploitation touristique des travaux souterrains.

Les premières visites se font aux étages « historiques » de 170 et 234 mètres. Mais l’affluence des eaux due à l’arrêt du pompage des charbonnages avoisinants et à la croissance des précipitations depuis 1977 pèse sur la santé financière du projet.

Le projet est revu dès 1981 et un nouveau circuit voit le jour deux années plus tard après quelques mois de fermeture de la mine au public. Il permet les visites aux étages de 30 et 60 mètres en empruntant toujours le puits No 1. Un nouveau puits d’aérage est aménagé derrière les anciens bureaux, entraînant la fermeture irrémédiable et le remblayage du Puits-Marie. Depuis les années 1990, le domaine touristique de Blegny-Mine s’est sans cesse amélioré et développé dans son offre touristique. En 2020, on peut citer: plusieurs visites guidées et quotidiennes de la mine, un vaste parking de 200 places, une boutique de souvenirs et cadeaux, un restaurant ouvert tous les jours, une terrasse en été, une grande plaine de jeux pour enfants, un tortillard pour promener les touristes à la découverte de la région, et un circuit de promenade pour piétons, cavaliers et cyclistes (parcours de l’ancien train touristique).

Photo de Blues-Sphere Bar
Blues-Sphere Bar
Photo de Bombai Festival
Bombai Festival
MANAGEMENT: Suspiria Producciones @artistasuspiria
Photo de Bowling 69 Waremme
Bowling 69 Waremme
Nous vous accueillons dans un espace de 1000 m² avec plus de 150 places assises , 60 emplacements de parking, 14 pistes de bowling, 3 billards, 4 kickers.

Voir moins
Le Bowling 69 de Waremme
Vous propose d organiser votre fête du personnel.
Nous sommes idéalement situés entre Bruxelles et Liège +/- 300m de la sortie 29 Waremme sur la E40.
Nous vous accueillons dans un espace de 1000 mètres carrés avec plus de 150 places assises, 60 emplacements de parking , 14 pistes de Bowling et 3 billards .
Nous proposons différentes formules avec ou sans repas.
Il est également possible d organiser une réunion privé avec micro sonorisé et écran géant .Vous pouvez, si vous le désirez, disposer de l ensemble du Bowling le Lundi et jeudi de 08h à 15h et le Mardi toute la journée.
Le Bowling est un sport accessible à tous et très conviviale.
N’hésitez pas à prendre contact avec nous pour tous renseignements.
Photo de Bowling Carré d’As
Bowling Carré d’As
Bowling carré d’as à liège
�24 pistes bowling
�12 tables de billard
� Anniversaire
� Restauration
� Banquet
� Club de bowling
Photo de Bowling Huy
Bowling Huy

Brasserie Restaurant Bowling de Huy

Photo de Bowls and Balls
Bowls and Balls
Photo de Brasserie C
Brasserie C
La Brasserie C est une microbrasserie née le 1er mars 2012 au cœur de la ville de Liège. Active dans la production de bières artisanales de haute qualité, la Brasserie C a élaboré la célèbre Curtius et en assure la commercialisation. La Brasserie C a également pour ambition de lancer de nouvelles bières pour explorer la palettes de saveurs du monde du brassage. En novembre 2014, elle lance une nouvelle gamme de 3 bières « single hop » : Torpah.
En décembre 2014, la Brasserie C élabore un stout, la Black {C}, bière d’hiver.
Photo de Bruncher sur le Val Mosan
Bruncher sur le Val Mosan

Le « Val Mosan », bateau touristique de Huy (province de Liège), propose des croisières culturelles, navettes, croisières gourmandes,…

Photo de Bucolique Ferrières Festival
Bucolique Ferrières Festival

Pour toute demande ou information, merci de vous adresser à info@bucolique.be.

Photo de Bueren en Fleurs
Bueren en Fleurs

La montagne Bueren se fleurit durant quelques jours : faites la découverte magique du cœur historique de la Cité Ardente. Une biennale à ne pas manquer à Liège !

Nouvelle édition durant laquelle la Montagne de Bueren sera littéralement « envahie » par des milliers de fleurs. Tous les deux ans, les marches se voient parées d’une splendide et spectaculaire fresque florale.

Des escaliers chargés d’Histoire

Construit en 1875, l’escalier monumental de Bueren relie, pour rappel, le centre historique de Liège à sa citadelle et évoque la  » bataille des 600 Franchimontois  » qui, guidés par Vincent de Bueren, défendirent Liège contre Charles le Téméraire.
Les escaliers de Bueren, à Liège, ont été élus « escaliers les plus extrêmes du monde » par le magazine américain en ligne Huffington Post en septembre 2013, devant les célèbres temples d’Angkor , au Cambodge !

Bueren en fleurs…et en chiffres

Pas moins de 22.300 plantes annuelles (5.500 de plus que lors de la 1ère édition) réparties en 7.400 contenants seront nécessaires à la réalisation du tableau floral.

80 agents mobilisés durant les 2 jours de mise en place (6/6 et 7/6 de 8h30 à 16h).

Photo de Buronzu Gallery
Buronzu Gallery

 

Vues totales 156,296 , Vues aujourd'hui 172